mercredi 17 décembre 2014

Des réseaux sociaux virtuels ? Pas totalement ...

J’avais commencé à écrire un article déjà sur les réseaux sociaux, mais je n’arrivais pas à le poursuivre, à le finir, et je pense que c’était parce qu’il était trop “scolaire”.
Je ne vais donc pas vous faire un historique des réseaux sociaux, vous détailler l’utilisation de chaque réseau que j’utilise, non, je vais vous parler tout simplement.

Les réseaux sociaux virtuels ont une très grande place dans ma vie, il y a même eu une période où ils étaient mon seul contact social pendant parfois plusieurs jours d’affilés... Alors oui, je passe énormément de temps sur internet, à discuter, à partager, à parler de ma vie, de choses qui me passent par la tête, et bien souvent rien de tout cela n’est vraiment intéressant ou utile. Et pourtant, plus de 200 personnes suivent mes histoires (edit décembre 2015 : + de 300), mes bouts de vie que je partage sur mon compte Twitter.
Je pense que je suis une personne qui a besoin de beaucoup d’attention et d’affection, même si je ne suis pas toujours capable de bien montrer mon affection en retour. Internet a été pour moi un moyen de faire des rencontres, de belles rencontres, vraiment chères et importantes dans ma vie. Dans la vie non virtuelle je suis très bien entourée, j’ai une famille aimante et on est très proche, j’ai de très bons et fidèles amis sur qui compter donc je ne suis pas en manque d’amour ou d’amis comme vous pouvez le voir, et pourtant je passe beaucoup de temps à échanger virtuellement avec beaucoup beaucoup d’autres personnes.

Pour beaucoup de gens qui ne pratiquent pas du tout les réseaux sociaux ou qui en ont une utilisation assez limitée (discuter et échanger seulement avec les personnes qu’elles connaissent dans la "vraie" vie, principalement en utilisant Facebook dans ces cas-là), je fais partie de ces personnes qu’elles ne comprennent pas. "Pourquoi avoir besoin de parler avec des “inconnus”", "Tu ne sais pas qui est derrière l’écran, tu ne les rencontreras peut-être jamais", "À quoi ça sert, tu ne les connais pas vraiment vous ne faites que parler derrière votre écran", "Ce n’est pas la vraie vie" ect ect.
Alors sur beaucoup de points vous avez raison, en effet je ne sais jamais au premier abord qui est derrière l’écran, mais au premier abord je ne vais pas avoir une confiance aveugle en ces personnes non plus, mais avec le temps et les discussions on apprend à se connaitre et à découvrir qui est derrière l’écran justement. C’est vrai aussi qu’il est possible que je ne puisse jamais rencontrer certaines personnes, pour plusieurs raisons diverses : nous habitons dans des pays différents ou trop loin dans le même, nous ne nous connaissons pas encore assez pour passer plusieurs heures ensemble et organiser une rencontre, nous n’avons pas le temps... Mais cela n’enlève rien au plaisir de discuter ensemble et si on veut se voir, je suis sûre que de toute façon nous nous verrons. J’ai déjà rencontré plus d’une dizaines de personnes rencontrées sur un forum et sur Twitter, toujours de belles rencontres et ce n’est pas près de s’arrêter.
Ensuite, vous avez tort. Ce n’est pas parce que nous parlons seulement via internet (et parfois ensuite par textos, Skype ou en s'appelant) que nous ne nous connaissons pas. Imaginez-vous dans un cadre par exemple scolaire; vos professeurs décident de se jumeler avec une autre école, de votre pays ou d’un autre, vous avez chacun une personne désignée qui deviendra votre correspondant mais vous allez seulement discuter par email ou courrier dans un premier temps, et de cette façon apprendre à vous connaître. Cette situation ne vous choque pas si au bout de quelques mois, si tout se passe bien entre vous et votre correspondant et que vous vous entendez bien, vous allez avoir envie de rencontrer cette personne et même avoir l’impression de la connaitre suite à des discussions régulières. Donc pourquoi cela serait-il plus choquant par internet, sans autres intermédiaires que les réseaux sociaux ? Et pour continuer sur ce point, internet c’est la vraie vie, c’est juste une autre façon de l’exploiter, de l’utiliser, d’y passer du temps. Je comprends que pour beaucoup ça donne une impression de gâcher du temps, de passer à côté de la “vraie vie”, mais je ne pense pas.
Grâce à internet comme je l’ai déjà dit j’ai rencontré beaucoup de personnes, mais ce n’est pas seulement au niveau relationnel que les réseaux sociaux sont importants pour moi, c’est aussi aux niveaux humain, intellectuel ou culturel. Je m’explique.

Logo Twitter 2014

Le principal réseau social que j’utilise est Twitter, puis Facebook, Instagram et enfin Tumblr. Sur Twitter, je parle beaucoup, beaucoup (j’en suis à plus de  vingt-deux mille tweets depuis août 2010( edit dec 2015 : j'approche des 40 milles), de moi donc de ma vie, mais aussi de mes avis, de mes découvertes musicales, cinématographiques, de séries, d’artistes, je partage mes pensées sur des sujets politiques, sociaux, culturels, et puis surtout on me répond, on me lit, on me parle et se créent des échanges. De fil en aiguille sur Twitter on se “suit”, on s’abonne à de nouveaux comptes, de nouvelles personnes, qui ont des avis qui nous intéressent, avec qui on aime échanger ou juste qui nous apportent quelque chose par leurs tweets. Grâce à Twitter j’ai pu pour beaucoup me lâcher quand ça n’allait pas dans ma vie, j’ai eu du soutien, et même si on ne me répondait pas, ça faisait du bien de le livrer, même si des “inconnus” me lisaient, je me déchargeais d’un poids.
Sur Twitter, j’ai l’occasion de rencontrer des personnes qu’il me serait difficile de rencontrer dans la vie AFK (Away From Keyboard = Loin du clavier), tout simplement car l’on ne parle pas de soi dans la vie comme sur Twitter, on ne débite pas son avis à tout va dans la rue en attendant que cela intéresse une personne qui passerait devant nous et avec qui on pourrait créer une discussion. Alors que sur Twitter, on peut.

Je viens de la campagne toulousaine, mon collège et mon lycée étaient des petits établissements de seulement 600 à 800 élèves environ, la mixité sociale n’est pas très présente dans ces régions et malgré des parents très tolérants et ouverts, j’ai vécu une enfance sans avoir de copines ou copains noirs, asiatiques, lesbiennes, homosexuels, bi, juifs, musulmans ou autre. Je suis une jeune fille qui a quand même de la chance dans sa vie, j’ai fait des colonies Air France tous les étés jusqu’à mes 18 ans ce qui m’a permis de rencontrer des personnes très différentes, de villes différentes, de “cultures” régionales différentes, et cela m’a un peu plus ouvert les yeux à d’autres milieux, à d’autres personnes. Sur Twitter j’ai pu rencontrer des personnes aussi diverses qu’il y en a en France, je me suis fait des amis que je n’aurais jamais pu rencontrer dans ma campagne toulousaine. Ils viennent de partout, ils sont de toutes orientations sexuelles, ils sont politisés, ils sont dans des études très éloignées de moi, ils sont de cultures différentes, ils ont des âges aussi très divers et ils m’apportent tous quelque chose. Par Twitter j’ai découvert différentes facettes du féminisme par exemple, ce qui m’a ouvert les yeux sur ma vision (bêtement) diabolisée que j’en avais. Twitter est une source d’information, une source de richesse, on y rencontre des personnes uniques, que nous connaissons d’une certaine façon, mais qui ne nous connaissent aussi que de cette façon. On est tous semblable sur Twitter.
Evidemment, tout le monde ne se livre pas non plus, tout le monde sur Twitter n’est pas prêt à partager et discuter avec la terre entière. Il y aussi des personnes sur Twitter très différentes avec des utilisations plus ou moins ouverte à la discussion et au partage, il y a vraiment de tout! Twitter représente la société, les sociétés, il y a toutes les personnes, toutes les personnalités de personnes existantes sur terre, et ce qui est beau, c’est qu’on n’est pas gêné par un océan ou des centaines de kilomètres pour les rencontrer, il suffit de quelques mots, de 140 caractères pour partager avec quelqu’un qui nous intéresse.
Ou qui ne nous intéresse pas. Twitter c’est ça aussi, c’est la liberté d’expression (dans le respect des droits de l’homme, les propos jugés racistes ou discriminatoires de toutes natures peuvent être censurés suite à des réclamations), on peut sortir de notre cocon idéologique (quel qu’il soit) et découvrir ce que pensent d’autres, et surtout d’autres qui ont des avis différents, d’autres avec qui on n'est pas d’accord. Le risque d’internet c’est de tomber dans des débats qui s’enveniment trop facilement avec cette protection de l’écran justement, mais je trouve intéressant de pouvoir observer et se rendre compte que ces personnes existent, et que de tels propos peuvent être tenus et défendus. (Je ne sais pas si j’ai été claire sur ce point, je suis désolée si ce n’est pas le cas.)
Enfin, comme tout réseau social ou tout nouveau cadre social, il faut maîtriser les règles pour s’y sentir à l’aise et comprendre comment bien utiliser les outils qui sont à notre disposition.

J’aimerais finir en précisant quelque chose d’important, que je pense vous avez tous pensé en me lisant.
Je suis beaucoup sur Internet, je suis beaucoup sur Twitter (notamment suite à une période où j’en avais besoin) mais j’ai une vie sociale non virtuelle, et vous devez comprendre que c’est évidemment conciliable.
Dire que l’on apprécie les réseaux sociaux, que l’on passe beaucoup de temps sur Twitter et en tirer la conclusion que nous n’avons aucune interaction sociale non virtuelle est vraiment très très hâtif. C’est le même discours que peuvent tenir certains à l’égard des personnes qui jouent beaucoup et aiment les jeux vidéo, ce n’est pas pour ça qu’elles sont asociales et renfermées dans leur monde virtuel (ou deviennent des personnes violentes car elles jouent à Call of).
J’aime et je chéris le contact humain non virtuel. Ma première année à Montréal n’a pas été pour moi source de beaucoup de relations sociales, mais les choses changent, je change.
Ma vie sociale va bien, même si mes colocataires je le sens ne comprennent pas vraiment mon engouement pour être autant sur Facebook ou Twitter et d'autres réseaux sociaux sur internet, je suis entourée au quotidien par elles, et c'est déjà un important et nouveau lien social dans ma vie qui me fait beaucoup de bien.

Enfin, Facebook est aussi essentiel pour moi, car c'est mon lien quotidien avec mes amis et ma soeur qui sont en France. Si je passe beaucoup de temps sur Internet, c'est principalement donc pour Twitter (voir ci-dessus), mais aussi pour entretenir et garder contact avec mes amis qui sont loin de moi.
Je pense que c'est important de le noter, car mon expatriation (temporaire pour le moment) joue beaucoup dans l'importance que je donne aux réseaux sociaux. Facebook est consacré à mes amis de lycées, mes meilleurs amis à vrai dire et ma soeur, et Twitter à mes amis twittos, qui sont au final pour 99% français. Je vis à Montréal mais reste indéniablement une française attachée à son pays, et en fait le fait de parler avec des français me plait beaucoup (car on a les mêmes codes culturels, mêmes références ect), et il se trouve aussi que l'algorithme (ou je ne sais quoi, mais j'ai placé un mot savant ça fait bien) de mon Twitter, de mes abonnements, me dirigent uniquement de français en français, et donc cela reste pour moi un gros lien vers la France, ne m'en déplaise!
On pourrait donc dire, qu'entre ma vie à Montréal et la France, le pont qui me relie et, détail important, dont j'ai vraiment besoin, est Internet via les réseaux sociaux !

Comme toute chose il faut savoir équilibrer nos pratiques, ne pas tomber dans l’addiction, ne pas en abuser, mais il ne faut pas non plus diaboliser des choses que l’on ne comprend pas et que l’on juge d’un regard extérieur et ignorant.
J’espère avoir permis à certain de comprendre l’importance et la richesse que peuvent offrir Internet et ses réseaux sociaux, je me suis attardée ici sur Twitter, mais un autre réseau social qui a énormément compté pour moi est un forum, j’en parlerais peut-être un autre jour pour expliquer pourquoi ... 

Merci d’avoir lu jusqu’ici, et profitez de votre temps sur les réseaux sociaux virtuels et de vos réseaux sociaux non virtuels !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire