lundi 30 décembre 2013

Rétrospective 2013

Mon année 2013 ... Je ne saurais la résumer qu'avec un seul mot : riche. Riche en évenements, en découvertes, en nouveautés, en premières fois, en aventure, en souvenirs ...

En 2013, j'étais en terminale ES. J'ai passé en mars de cette année le concours pour Sciences Po Paris à Poitier, au Futuroscope (que j'ai visité en famille pour l'occasion). Je ne l'avais pas préparé par choix, j'ai donc échoué par choix. J'ai découvert la Bourgogne durant ces vacances.

Est née en moi, le projet de partir étudier en sciences politique à Montréal, ça prenait toute ma tête, mais je n'arrivais pas encore à le dire à mes parents. Je n'osais pas leur dire, que leur fille de 17 ans, voulait s'envoler au Québec dans quelques mois, et y habiter pour au moins 3 ans le temps de sa licence...

J'ai passé mon Baccalauréat, mention bien, 15 de moyenne. Bonheur.
Fin du lycée. Enfin.

Vacances entre amis à l'océan. Une semaine, des souvenirs, les derniers ensemble avant .... 3 mois.

J'ai fait une rencontre par internet datant d'octobre 2012. Une rencontre étonnante, qui s'est mue en flirt, en amitié, en complicité, en une relation de plus en plus forte ... en une rencontre décisive.
Cette année a été marquée par cette rencontre toute particulière. Je l'appellerais ici par G, aucun lien avec son prénom.

J'ai été acceptée à l'Université de Montréal, admise officiellement. Prémices d'un nouveau départ ...

J'ai fait un voyage au Pérou, pendant 3 semaines. Un voyage extrêmement riche en paysages, souvenirs d'images uniques, comme le Machu Pichu, la cordillère des Andes enneigées, Lima, ou Cuzco.

Au retour du Pérou, je commence et fini la préparation de mon départ pour le Québec.

On apprend le cancer de la gorge de mon père. Je vais partir dans quelques semaines.

25 août, je m'envole pour Montréal avec ma mère et ma soeur qui sont parties m'aider à m'installer, aide physique et psychologique aussi.

Je me suis éloignée de G, la réalité de la distance qui nous sépare à présent fait mal, les sentiments s'attisent, comme pour créer des ponts solides sur cet océan qui nous sépare à présent.
Une relation sous le thème de l'ascenseur émotionnel, on vacille entre des choses comme le bonheur, des sentiments, une attirance et parfois de la tristesse, un peu de déception, du désespoir, le pessimisme ...

Début d'études vivants, avec initiations, soirées, rencontres en masse. J'ai 18 ans. Je le fête avec des gens avec qui je trainais à ce moment, avec le recul je me suis rendue compte de leur non-intérêt pour moi. Enfin, sauf un.
Puis vite le désenchantement, perte de motivation, renfermement sur moi-même, oscillement entre perte d'espoir et espoir avec G, blues et malgré un retour en France d'une semaine en octobre, je n'arrive pas à retrouver de motivation, à sortir voir des gens, à être heureuse...
Seul G m'aide à aller mieux parfois.

Puis les examens arrivent, la réalité me frappe : je ne validerai qu'un ou deux cours, c'est officiel.
Qui dit examens, dit fin d'année et donc retour en France pour les vacances de Noël.
Je vais voir G à Paris, bonheur.

Je rentre en France, le plaisir de rentrer à la maison, retrouver ses marques. Mes parents m'organisent une fête d'anniversaire surprise avec tous mes amis au complet pour mes 18 ans.
Noël en famille, début d'un sentiment de distance vis à vis de ma famille. Je suis contente de revenir à la maison, mais le retour à la dépendance parentale m'agace. J'ai besoin de m'émanciper.

Je vois G à Paris, le lendemain il part vers un autre pays, pour un an. On s'aime le temps d'une journée. Séparation déchirante.

Et puis voilà, on y est, on est le 31 décembre 2013, cette année se finit demain, entre amis, pendant une fête, dans la joie et dans l'alcool.
Mais je voudrais être avec G.

Dans quelques jours c'est le retour à Montréal, nouvelle session, nouveaux cours, nouveau départ encore une fois.

Bonne année 2014 !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire