jeudi 13 février 2014

Ambre


"Si seulement tout pouvait être aussi parfait..." pensa-t-elle avant de s'endormir. Cette soirée avait été très prometteuse sur la suite de leur vacances entre amis. Julian les avait convaincu après de longs mois d'argumentation de se rendre dans la maison de vacances de son parrain en Espagne. Ce n'était pas la destination la plus originale mais elle restait la plus exotique qu'ils pouvaient s'offrir.
Pour que tous acceptent il avait avancé sa carte maitresse : une maison généreusement offerte, aux Îles Baléares qui était située en bord de de plage. Le plus gros problème qu'ils durent affronter était le prix du billet d'avion. Mais en s'organisant suffisamment à l'avance chacun y trouva son compte, et en ce début du mois de juillet ils s'envolèrent pour Majorque. 
C'est ainsi qu'ils commencèrent leurs vacances dans une maison à leur merci, prêts à s'amuser et passer de merveilleuses vacances inoubliables.
Ils avaient prévus de sortir chaque jour pour se promener dans la ville ou faire un peu de sport et les soirs prendre un verre, aller dans un club ou bien manger sur la plage. Ils étaient jeunes, ils avaient économisés de leurs anciens job et ils étaient loin de tout, ils n'allaient pas se priver. Ambre qui avait un peu peur de rapidement s'ennuyer sur cette île bien que bien entourée se réjouissait de ce programme. Slimane avait réussi à ramener un peu d'alcool et ils prévoyaient de réaliser d'uniques cocktails sur le sable baléare autour de feux de joie. Ils trouvèrent un coin un peu désert dans une crique proche de leur maison pour s'isoler et ils s'imaginèrent seuls sur terre, perdus sur une île déserte... Ce soir-là justement ils avaient prévu d'y faire leur premier feu de camps et y cuire des beaux morceaux de viandes achetés dans la journée par Lydia et Léonie.


Tout le monde était excités à l'idée de passer son premier repas sur la plage. Ils étaient arrivés tôt dans la journée et les 7 amis avaient eu juste le temps de s'installer dans la villa rapidement, de faire un minimum de premières courses et de se baigner dans la piscine avant de décider de préparer un barbecue pour le diner. Ils étaient donc assez fatigués mais suffisamment motivés pour se répartir les tâches de leur première soirée efficacement.
Ambre devait s'occuper de préparer le feu. Elle était donc partie ramasser en retrait sur la plage des morceaux de bois. "Tu te la joues école buissonnière?" entendit-t-elle dans un chuchotement. Surprise elle lâcha le peu de bois qu'elle avait trouvé et se retourna vivement. "Oh mon dieu tu m'as fait peur Mathieu! Qu'est-ce que tu fais là, je pensais que tu étais allé avec Julian à la maison chercher les couverts et tout le reste ?
- Oui c'est ce que je devais faire mais je t'ai vu partir toute seule, et quand Justine m'a dit qu'on ne devait pas trop tarder j'ai pensé venir t'aider à ramasser le bois à la place, c'est tout. Mais c'était aussi pour te surveiller pour voir si tu n'en profitais pas pour te tourner les pouces pendant qu'on s'activait tous !
- Ah c'est gentil mais tu sais je peux me débrouiller toute seule, et je n'oublie pas quand on me demande quelque chose à faire moi! le taquina-t-elle en référence à une ancienne soirée. Puis Julian va avoir du mal pour tout ramener seul tu ne penses pas ?
-Tu ne veux pas de moi ici c'est ça ? Excuse-moi je ne pensais pas te déranger avec ton rendez-vous avec la nature.... répondit-il faussement déçu.
-Ah euh non non ça ne me dérange pas que tu sois là, je me demandais juste si tu ne pouvais pas être plus utile ailleurs, je veux dire que tu n'avais pas besoin de venir m'aider spécialement..."
Ambre était à vrai dire un peu mal à l'aise par la présence soudaine de Mathieu à l'écart avec elle. Depuis quelques mois elle se sentait de mieux en mieux avec lui, leur complicité était de plus en plus forte et pourtant sa présence actuellement la rendait gauche et mal à l'aise. Se trouvant idiote elle essaya de reprendre ses esprits :
"Les effets de surprise avec la fatigue et dans la nuit noire c'est pas trop pour moi, mais maintenant que t'es là rend toi utile et au lieu de te moquer de moi, ramasse !
-Ah c'est mieux comme état d'esprit, je préfère quand tu prends les choses en main... laissa-t-il glisser dans un sourire.
-Tu as besoin d'être encouragé c'est normal, mais ne t'en fais pas tu es un grand garçon tout va bien se passer!" Elle répliqua sur le ton de la plaisanterie pour éviter une situation inconfortable pleine de sous-entendus douteux. De toute façon Ambre n'aimait pas les sous-entendus, ça la rendait folle de s'imaginer ce que voulait vraiment dire tels mots, tel sourire ou tel regard. Elle n'était pas prude ou gênée par les références sexuelles, mais venant de Mathieu et dans un cadre un peu trop intime étrangement ça ne la faisait plus du tout sourire.
L'aide de Mathieu se trouva en réalité vraiment utile, ils purent ainsi après une dizaine de minutes revenir avec assez de bois pour démarrer un beau feu. Julian était aussi revenu avec les assiettes et les couverts en plastiques, Justine avait improvisé une table avec des tapas sur une planche de bodyboard, Lydia avait préparé la nourriture sur les brochettes, Léonie finissait un énième arrangement pour la playlist et bien sur, Slimane préparait un ou deux cocktails spéciaux pour fêter le premier barbecue de la bande sur la plage de Majorque !
Une fois les préparatifs terminés, le feu allumé, les verres pleins, les 7 amis trinquèrent à la beauté de leur vie en espérant que tous les jours soient si simples et agréables.
La soirée était parfaite et la viande était en plus délicieuse, chose qui ravissait tout le monde! Lydia, Justine, Léonie, Julian et Slimane s'était lancé dans une danse des plus approximative autour du feu, l'alcool et d'autres éléments aidant leur folie à s'exprimer sur les rythmes des playlists estivales.
Pendant ce temps, Ambre regroupait un peu à l'écart les assiettes et couverts pour éviter de rendre le coin sale à cause d'eux. Elle utilisait cette excuse en réalité pour un peu s'éloigner du bruit et de la fête, elle aimait être juste spectatrice parfois. Pendant quelques minutes elle arrêta son activité et regarda ses amis danser. Son coeur se gonfla d'une chaleur douce. L'amour qu'elle ressentait pour eux était vraiment fort, elle était vraiment heureuse en cet instant de vivre ces vacances avec cette bande d'enfants intrépides qui étaient ses meilleurs amis.
"Tu t'es égarée jolie fleur ?" À nouveau, Mathieu la prit par surprise en venant lui parler dans son dos.
- Il faut vraiment que tu arrêtes de faire ça, je vais avoir une crise cardiaque à un moment donné ! riposta-t-elle encore un peu sous le choc. Et non du tout, je ne faisais que ranger quelques affaires.
- Tu ne préfères pas venir t'amuser avec nous ?
- Oh si, mais j'allais revenir après de toute façon, je ne rentrais pas, sois rassuré va.
- Je ne suis pas tout à fait rassuré de te voir toute seule à l'écart... mais je vais prendre ton excuse comme valable. "
Elle ne savait plus quoi répondre, elle n'avait pas envie de lui expliquer qu'elle aimait se sentir seule parfois pour mieux profiter de la compagnie de ses amis, se mettre un peu à l'écart pour mieux se sentir vivante lorsqu'elle était entourée. Il ne disait plus rien, et comme elle avait fini de ranger, ils restaient côte à côte, regardant leurs amis s'amuser, qui pourtant les appelaient, mais eux deux ne bougeant pas et leur faisant simplement signe que tout allait bien.
Soudainement, Mathieu prit la main d'Ambre et l'emmena au loin sur la plage. Encore une fois, le comportement de ce dernier la prit de court et elle ne su quoi dire, donc sans un mot elle se laissa guider main dans la main. Ce n'était pas la première fois qu'ils se tenaient la main, mais cette fois-ci cela semblait différent, il y avait comme une tension nouvelle dans cette poigne. Leur deux mains ainsi liées, tous deux seuls, marchant sur la plage sous cette nuit étoilée... tout cela créait une ambiance particulière.
Il n'y avait plus rien d'important mis à part eux deux, mis à part leurs mains ensemble... et c'est à ce moment qu'Ambre réalisa qu'elle était réceptive à des sentiments plus forts que de l'amitié pour Mathieu.
"Euh ... tu nous emmènes où ? Car en fait là on commence à bien s'éloigner, et je ne vois pas jusqu'où tu comptes m'emmener... " Finit par demander Ambre.
Mathieu se retourna face à elle, un grand sourire sur le visage.
"Tu n'a rien de précieux ou de fragile sur toi jolie fleur ? demanda-t-il.
- Non... J'ai tous laissé à la maison, je ne voulais pas perdre quoi que ce soit sur la plage si je n'étais plus en état de savoir où je me trouvais, si tu vois ce que je veux dire... répondit-elle sans comprendre où il voulait en venir.
- Et bien tout est parfait alors!" s'écria-t-il tout joyeux.
Puis à peine finit sa phrase, sans prévenir, il emmena Ambre en direction de l'eau en courant, en tenant toujours fermement sa main.
Elle se laissa entrainer, courant avec lui en se mettant à rire face au burlesque de la situation. Les deux amis en entrant dans l'océan si vivement perdirent l'équilibre, Ambre trébucha et tomba sur Mathieu, le poussant complètement dans l'eau.
- Je suis désolée! s'esclaffa Ambre. Quoi que de toute façon c'est toi qui m'a entrainé pour se baigner, je ne vois pas pourquoi je m'excuserai de t'y avoir précipité!
- Tu m'es quand même tombée dessus, je ne m'attendais pas à une entrée si violente! répondit-il gaiement.
- Tu veux nager ? Maintenant qu'on y est, autant en profiter un peu ...
- Pourquoi pas, on voit jusqu'où on peut aller ?
- C'est parti!" déclara-t-elle en joignant le mouvement à sa parole.
Ils se mirent donc à nager au large, leurs vêtements les gênant, ils avançaient lentement, silencieusement et ils profitaient tout simplement de cette sérénité que leur offrait l'océan endormit.
Au bout d'un moment Ambre s'arrêta et proposa de retourner vers la plage, elle nota aussi que si leurs amis les cherchaient ils pouvaient s'inquiéter de ne les trouver nul part. De retour là où ils avaient pieds Mathieu reprit la main d'Ambre.
" Tu sais je ne vais pas m'enfuir, tu n'es pas obligé de me tenir, se sentit-elle obligé de répondre.
- J'ai juste envie de te tenir la main... " Il se tut, et se tint face à elle.
Il a vraiment des yeux clairs, même de nuit on dirait qu'ils brillent, pensa Ambre. Puis, Mathieu passa sa main dans les cheveux rouges d'Ambre.
- J'aime beaucoup quand ils bouclent lorsqu'ils sont mouillés, ça te donne un air de sirène, comme Ariel un peu même si tu ne les a pas aussi long ....
Elle ne répondit rien, son coeur battait un peu plus vite que d'habitude. Elle se dit que c'était la première fois que quelqu'un lui faisait un compliment aussi beau. C'était enfantin, sincère et très doux. Ils restèrent ainsi, face à face, à moitié dans l'eau pendant un long moment. Il n'y avait pas besoin de mots, les mots en disant trop ou pas assez, seul le silence et leur regard suffisait en cet instant. C'était un moment hors du temps, et sous le ciel étoilé se tissaient les prémices d'un sentiment nouveau et innommable...


---------------------

Tout le monde dormait de façon plus ou moins calme, plus ou moins confortable. Justine et Léonie n'avait pas eu la force d'ouvrir le canapé clic-clac et s'étalaient donc dessus dans un équilibre instable. Les autres avaient la chance d'avoir des lits prêts à l'emploi et n'avaient pas eu de problème pour se coucher paisiblement. Le canapé se partageait à tour de rôle, et vu que dans le groupe d'amis régnait une parfaite entente et complicité, il n'y avait aucun malaise de partage mixte de lits ou du canapé, ce qui simplifiait les choses !
La soirée avait été longue et très belle. Après le retour des deux nageurs, tout le monde s'installa sur des bout de bois ou à-même le sable autour du feu, le temps que Mathieu et Ambre se sèchent et les autres de se reposer de leurs danses. Lydia proposa un jeux de devinettes et d'histoires sans fin à se raconter ... Le jeu dura longtemps, chacun se rappelant d'une nouvelle blague ou d'une nouvelle histoire. La fatigue n'avait semblait-il aucune emprise sur eux sept. Le clapotis des vagues allant et venant sur la plage en fond sonore, sous le ciel étoilé méditerranéen, ils étaient transportés hors du temps autour de ce feu de joie sans cesse maintenu en vie par les éclats de rire et de bois. Slimane, le premier à avoir bu, a aussi été le premier à se laisser séduire par Morphée. Ce fût le signal pour les autres de rentrer se coucher, ce qui s'est avéré être un effort assez important. L'appel du doux sommeil était un moteur suffisant pour les faire arriver debout à la maison.
L'absence momentanée de Mathieu et d'Ambre auprès du groupe avait très peu fait parler au final, et même eux deux n'avait pas laissé leur escapade influencer le reste de la soirée. Le fait que rien en apparence n'avait changé ne signifiait pas que les esprits ne s'échauffaient pas dans l'ombre ... En effet, Ambre gardait un souvenir mémorable de ces instants volés en compagnie de Mathieu. Maintenant confortablement installée dans le lit à côté de Justine, dans le silence particulier de la nuit, elle se remémorait les yeux fermés la main de Mathieu, son sourire pour elle seule, sa voix lorsqu'il la complimenta... Puis ses pensées dérivèrent pour se porter sur son corps, son t-shirt mouillé, son corps qui se dévoilait dans le clair de lune juste pour ses yeux à elle. Ses joues s'empourprèrent, son corps ne restait pas indifférent à ces images de Mathieu et une douce chaleur commença à l'envelopper, et à descendre le long de son corps jusqu'entre ses cuisses .... Elle s'endormit rapidement accompagné par de doux fantasmes.

1 commentaire :

  1. Bonsoir jeune écritureuse :3

    J'aime beaucoup d'un point de vue global, malgré quelques petites fautes, dont une quand même qui perturbe la compréhension. (La première phrase du dernier paragraphe : "L'absence momentanée..." est à retourner complètement.) ^^

    En ce qui concerne la prose, c'est joli dans l'ensemble, même si certains passages sont un peu moins élégants que d'autres, il y a quelques évidences et quelques répétitions un peu maladroites. :)

    En revanche, au niveau de la retranscription des émotions des personnages c'est vraiment au top (♥). À la lecture on voit d'ailleurs que tu es beaucoup plus à l'aise dans ces passages que dans les descriptions ou les actions. La relation et les réflexions d'Ambre et Mathieu sont vraiment authentiques, je m'y suis d'ailleurs beaucoup retrouvé par rapport à une histoire personnelle, sur laquelle je ne m'étendrai pas ici. :)

    Enfin, mais là c'est plus subjectif, d'habitude je ne suis vraiment pas fan du discours direct, que ce soit pour le lire ou l'écrire, mais là je comprends ta nécessité de l'employer, ça permet de rythmer le récit, de lui donner de la spontanéité, et ça met des images et des petites voix dans la tête du lecteur. ^^

    Pour finir, je dirai simplement que j'attends la suite. (^.^)

    RépondreSupprimer