vendredi 19 septembre 2014

Mon paradoxe.

Je veux écrire pour moi. Ma façon d’écrire est des plus égoïste, c’est pour ça que les textes qui me viennent le plus facilement sont écrit à la première personne. Lorsque qu’un personnage même parle à la première personne, c’est moi qui parle à travers son image. Est-ce une thérapie ? Je ne sais pas, je ne ressens pas un besoin de me soigner de quoi que ce soit, mais j’ai besoin de parler.Je ne suis pas capable de beaucoup me confier, donc j’écris, ce que je n’ose exprimer, ce que je n’ose confesser, de peur du regard de l’autre, mais surtout de l’embêter, de le gêner avec ma vie, mes histoires, mes pensées… J’ai peur de déranger avec mes histoires, de coeur, de vie, alors qu’au final les amis servent à ça, mon entourage sert à ça. Mais je n’y arrive pas, je ne peux pas, alors, j’écris, et je trouve donc mes textes égoïstes, alors même que j’écris justement dans le but d’éviter de parler de moi égoïstement aux autres… Mon paradoxe à moi.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire