mardi 24 novembre 2015

Dernière missive

Conseil de fond sonore

Mon cher ami,

Je suis fatiguée, cela ne peut plus durer. Vous ne connaissez pas ma peine, vous ne vous êtes jamais demandé ce que je pouvais bien ressentir sous mon corset trop serré. Certes je suis toujours aimable en votre compagnie, j’étais et je resterais une dame respectée et respectable aux yeux de tous mais avec vous je ne peux plus continuer.
Je ne suis plus de celles que vous faites espérer, de celles qui s’émerveillent de vos yeux noirs et de vos belles paroles. Je ne suis plus de celles qui sont convaincus d’être unique même en voyant les autres ingénues autour de vous. L’ai-je été un jour je me le demande. Nous avions quelque chose de particulier, nous avons partagé des moments qu’il est indéniable de ne pas reconnaitre comme significatifs. Vous me fatiguez à jouer sans cesse, à nier vos sentiments et votre attachement à ma personne. Vous souhaitez jouer?
Très bien, je vous laisse gagner et je m’en vais. Il n’y aura plus de réceptions où nous jouerons le jeu des amants mystérieux, il n’y aura plus de séjours dans ma demeure estivale, il n’y aura plus ces petits cadeaux que nous nous laissions dans votre maison au bord de l’océan et surtout soyez en sur, il n’y aura plus de lettres. Je vous fais mes adieux et d’ailleurs je quitte même notre si belle région. Ne me cherchez point, le pays est bien trop grand pour vous et vos efforts naïfs. J’ai aimé vos bras, j’ai aimé votre douceur et votre tendresse unique, oui j’ai aimé bien des choses en vous que je chérirais toujours. Vous avez été un amant et un confident qui n’en égalera nul autre. Malheureusement vous êtes aussi le meilleur des hypocrites et des lâches. Jamais vous n’avez voulu afficher notre amour pour quelques raisons futiles. J’étais prête à m’engager, vous m’aimiez de même m’assuriez-vous mais jamais preuve n’en a été faite. Alors quoi ? Je devais attendre encore ? Deux ans que cela dure, la première année de notre amour je peux comprendre que nous vivions dans la naïveté de nos sentiments naissants et fragiles mais à la fin de la deuxième année cela avait trop duré. Nous sommes des adultes mon ami, combien de temps aller vous devoir attendre pour reconnaitre que la femme que je suis est votre âme soeur ? Vous pouvez continuer d’attendre, je vous donne la solution et j’abrège vos tergiversions. C’en est fini de nous, je vous assure que cela est sans regrets de ma part, je vous ai donné tout ce que je pouvais offrir à un être aimé, vous m’avez donné aussi suffisamment d’attention pour que je sois comblée à me remémorer ces moments. J’ai fait mon deuil de notre relation, j’espère que vous vous en remettrez, bien que je ne prendrais pas la peine de prendre de vos nouvelles pour m’en assurer.
Soyez tout de même heureux mon ami, j’ai été fière d’avoir partagé votre plus grande intimité malgré tout et je ne vous oublierais pas. Je vous le redis, n’essayez pas de me contacter je m’en vais.
Bien à vous et avec tout mon amour,
Votre Marquise pour toujours et à jamais.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire